Prochains Concerts

 

 

maure

Le groupe AVÀ !

 Présentation

L’évolution d’un groupe musical passe immanquablement par l’envie de création. 

Vivant ce moment, Ava  a confié à Jean-Pierre Mattei l’écriture de plusieurs textes, un grand merci à lui… !

Puis, Bernard Paolini s’est mis à écrire, apportant ainsi sa modeste contribution à la culture insulaire  dans cette langue corse si belle à transmettre l’âme de ce peuple. De cette terre si forte en partage et émotions. Nous vous présentons toutes ces œuvres.

E cusi sia……..

173 ESSIMU     

Paroles : Ghjuvanfelice Cacciamosca , Bernard Paolini                                          

s’avicinendu a primavera  
a ripa hè sana allistita

Catalinetta  in cima colla

Feghja l’orizonti qualla 
so labbra treme di speranza
pianu principia à canta

À canzonetta di l’amore

Pè u so suldatu culà

 

ripigliu

Canta O bella zitellina
u sole ti po asculta

Tramezzendu tutt’e cunfine
Cù a fiara di a libertà

 

U suldatu chi si ramenta
L’imprumiss’a félicita

frà pocu finisce sta guerra
Pè ghjuvassi di’à libertà
l’hanu scritu in quessa foglia

chi d’a u fronte a d’a turna

sperendu chi un’hè una fola

u tempu pare un’ eternita

 

ripigliu

Canta O bella zitellina
u sole ti po asculta

Tramezzendu tutt’e cunfine
Cù a fiara di a libertà

 

 

A primavera  sin’hè andata                        

a ripa bianca hè cutrata

un’ha piu vogliu Catalina

in cima d’andà a canta 

sta mane hè ghjunta a nutizia

u so amore a d’a vulta

hè mezzu  scemu d’una ferita

nimu sa si s’agghjustara

 

ripigliu

Un canta piu O Catalina
u sole un ti po asculta

Tramezzendu tutt’e cunfine
Cù a fiara di a libertà

le printemps se rapprochant

la montagne est toute apprêtée

Catalinetta monte au plus haut

et regarde l’horizon au loin

ses lèvres tremblent d’espérance

doucement elle commence à chanter

la chanson de l’amour

pour son soldat parti là-bas

 refrain

chante belle enfant chante !

le soleil peut t’écouter

traversant les frontières

avec la flamme de la liberté

 le soldat qui se souvient

de la promesse de son bonheur

bientôt finira cette guerre

pour jouir de la liberté

ils l’ont écrit sur cette feuille

qu’il va revenir du front

en espérant que c’est bien vrai

le temps lui parait une éternité

 

chante belle enfant chante !

le soleil peut t’écouter

traversant les frontières

avec la flamme de la liberté

 

le printemps s’en est allé

la montagne blanche est gelée

de monter là-haut pour chanter

elle n’a plus envie Catalina

ce matin est arrivée la nouvelle

son amour va retourner

il est a moitié fou a cause d’une blessure

personne ne sait si cela s’arrangera  

 

 

 ne chante plus Catalina !

le soleil ne peut t’écouter

traversant les frontières

avec la flamme de la liberté

ARBRE

Paroles: Bernard Paolini sur une idée de Paul Morrachini

Arburu  

a  tè, fratellu, fratellu  meiu

O fratè  l’arburu vechju

Contami torna a vechja storia, pianu pianu

Di a malacella sott’a la luna, tempu tetru…

 

Tu chi hà vistu tanti inguerni

Tu chi cunosci tanti sicreti

Cantami dino l’anticu versu,pianu pianu

D’a u fiume trà e muntagne,hè liberu…….

 

 

Dorme, fratellu , fratellu meiu

O fratè  l’arburu vechju

U cervu ripiglia a to storia, mi maraviglia

E l’acellu u to cantu, in paghjella…….

 

Tu chi campa a stile lindu

Parlendu a u celu turchinu

Accantu a tè paru ranu ,fiaccu fiaccu

Vogliu campa a to manera,di scaravuglia..

ARBRE

A toi frère, mon frère

Oh mon frère, l’arbre vieux

Raconte-moi encore la vieille histoire, très doucement

De l’oiseau de nuit (ou chouette) sous la lune, temps sombre (lugubre).

 

Toi qui a vu tant d’hivers

Toi qui connais tant de secrets

Chante-moi encore l’antique air, très doucement

Du fleuve à travers les montagnes, il est libre.

 

Dors frère, mon frère

Oh mon frère, l’arbre vieux

Le cerf reprend ton histoire, çà me ravit

Et l’oiseau ton chant, en paghjella.

 

Toi qui vis dans un style élégant (recherché)

En parlant a un ciel bleu d’azur (au très Haut)

A côté de toi je ressemble a un grain, faible si faible

Je veux vivre comme toi,  de manière énergique et avec ténacité.

 Avà 

Paroles: Bernard Paolini

Avà , pè te vogliu canta

Avà , vicinu vogliu campa

Avà , tra di noi un sera

Avà , piu chi fraternità

 

 Avà , chi risigheghji à pruvà

Avà , in u to core a fà entra

Avà , stu ritmu chi ti calmera

Avà , cu me poi cantà

 

 ripigliu

Avà , eiu si ti possu dà

Avà , a fola pè un pianta

Avà , tandu poi rivendicà

Avà , a mo voce t’aiutera

Maintenant, pout toi je veux chanter

Maintenant,  je veux rester près de toi

Maintenant, entre nous ce ne sera

Maintenant, plus que fraternité.

 

 Maintenant, que risques-tu à essayer

Maintenant, dans ton cœur à faire rentrer

Maintenant, ce rythme qui va te calmer

Maintenant, avec moi tu peux chanter

 

Refrain

Maintenant je peux te donner

Maintenant, la force de continuer

Maintenant, tu peux revendiquer

Maintenant,  ma voix t’aidera

 

 Brammà di tè 

Paroles: Jean-Pierre Mattei  

Brammà di tè

Oghje  s’affosca lu sensu

E s’abbughja lu pensà

Oghje smarisce lu versu

Cumu vulete cantà

Oghje hé tomba la speranza

S’affonda la vulintà.

Mi n’aghj’andà….mi n’aghj’andà.

 

Di isse sponde curaline

Quandu mi spiccu di tè

Francatu l’onde mastine

Nebbia sarà lu gudè

Pianti è lagni le cunfine…..

Brammà di tè….

 

Oghje s’infiara lu sensu

A l’alba di lu pensà

Oghje s’affacca lu versu

Vene quella di cantà

Oghje s’alza la speranza

E cresce la vulintà.

Aghj’a vultà….aghj’a vultà.

 

Di isse sponde curaline

Quandu mi bollu incù tè

Francatu l’onde mastine

Schiettu sarà lu gudè

Muchju è oru le cunfine….

Tuttu per mè….

 

Désir de toi

 aujourd’hui s’obscurcit le sens de mon chant

et s’assombrie la pensée

aujourd’hui disparait la mélodie

comment voulez-vous chanter…..

aujourd’hui est touchée à mort l’espérance

elle touche le fond la volonté

je m’en vais….je m’en vais….

 

de ces bords couleur corail

quand je me détache de toi

franchie la mer qui me déchire

le brouillard tombe sur ma vie

déjà je me languis des frontières qui disparaissent

désir de toi……….

 

aujourd’hui s’enflamme le sens de mon chant

a l’aube de la pensée

aujourd’hui s’offre la mélodie

viens l’envie de chanter….

aujourd’hui se lève l’espérance

et grandit la volonté

je te reviens….je te reviens…

 

de ces bords couleur corail

quand je m’incruste en toi

franchie la mer qui me déchire

pur sera le plaisir

verte et or la frontière

tout cela pour moi…………

 

  IN MARE

Paroles:  Bernard Paolini

IN MARE

D’una navata smarmighjata     

fighjulava   la mio terra     

U core strintu a l’oramai    

A mio partenza un ‘era falza    

 

Un ‘era micca una scappata      

Questu sognu l’aghju in bramma    

Nantu a rena la mio orma    

U mio paese in memoria    

 

Mi vene a mio terra di cascu   

E  in ricordu lu to visu   

Ma dimmi cumu sminticalu  

E mi sentu cumu traditu   

 

So bè chi ci ritruveremu    

U mio paese addilittatu   

E si ci vole a fà un viaghju

Un ci sera impedimentu    

 

 E  franceraghju luntanenzze     

Pè pude canta in paghjelle    

In ghjesgia o in Santa Croce    

A quintina a feremu esce    

EN MER

d’un navire sans amarres

Je scrutais ma terre

le cœur serré désormais

ce n’était pas un faux départ

 

je ne fuyais  rien

j’ai ce désir d’une vision

de mon empreinte sur le sable

mon village en mémoire

 

j’ai ma terre en héritage

et en souvenir ton visage

mais dis moi comment l’oublier

et  je me sens comme trahi

 

je sais bien que nous nous retrouverons

mon pays tant aimé

et si il faut faire le voyage

il n’y aura aucun obstacle

 

et je franchirai de grandes distances

pour pouvoir chanter en paghjella

dans l’église ou à la chapelle

et nous donnerons à entendre la voix de l’ange

 

 L'AMORE

 Paroles: Bernard Paolini

L’amore passa d’inguernu o d’estate           

Che vogli ch’ellu campa senza

Cum’e sa da riscalda

Si tu’n po che di tu ti ne vai…

                      

 A passione d’inguernu s’hè cuttrata

Cupperta pè la neve cusi bella

U nostr’amore , a chi ghjuvera

Pensu che cume me a d’a sfunda…

 

Dopu l’inguernu vene u veranu

u fiore cresce sott’ a lu cotru

e u nostru amore sera ancu piu sodu

cumu un pintone inciuttatu…

 

L’amour passe l’hiver ou l’été

Comment veux-tu qu’il vive sans toi ?          

Comment va-t-il se réchauffer sans toi ?

Si tu ne peux que dire que tu t’en vas

 

La passion l’hiver s’est gelée

Recouverte par la neige si belle

A quoi servira tout notre amour

Je pense que comme moi il va fondre et disparaitre

 

Après l’hiver vient le printemps

la fleur renait sous le gel

et notre amour sera encore plus solide

comme un monolithe bien planté en terre

 L’omu a facciseccu

 Paroles: Bernard Paolini

L’omu a facciseccu

U so vestutu hè appesu  a un filu

U ventu l’asecca senza rimorsu

U tempu pare in venerenda

E l’erba cresce senza trimà

sin’hè pertuta senza mancu fa mottu

a u bracciu di l’omu a facciseccu.

 

Certi l’anu vistu balla inseme

So chi ghjè ella chi l’a invitatu

L’omu paria esse aghjettu

E chi un parlava mancu francese

E chi dicia di piu ch’e me

di megliu ch’avia l’omu a facciseccu.

 

 A casa hè viota cume viot’a mo vita

a circa u zitellu  un n’hè mancu falata

elle n’est même pas venue chercher notre enfant

so annebbiatu di scimita

quandu pensu a ella me mettu a trima

ma si u vecu passa pè stu circondu

attrattu un avara l’omu a facciseccu .

 

o cusi forte so annudatu   

esse cun ella so piu ch’in bramma

So chi ghjè ellu chi l’ha arrubatu 

E contru a ellu lampu ghjistema

Che li ghjunghje a frebba, a malamorte

C’o che auguru pè l’omu a facciseccu.

 

L’homme au visage sec

son vêtement est suspendu a un fil

le vent le sèche sans aucun remords

le temps semble comme suspendu

et l’herbe croit sans trembler

elle est partie sans même un adieu

aux bras de l’homme au visage sec

 

certains les ont vu danser ensemble

je sais que c’est elle qui l’a invité

l’homme paraissait plutôt aimable

et il ne parlait pas un mot de français

que pouvait-il lui dire de plus que moi ?

qu’avait-il donc de mieux l’homme au visage sec ?

 

la maison est vide comme est vide ma vie

elle n’est même pas venue chercher notre enfant

mon esprit est embrumé de folie

quand je pense à elle je mets à trembler

mais lui si je le voit passer dans les environs

il n’attirera plus personne l’homme au visage sec

 

 

O comme j’y suis attaché à mourir

j’en crève de ne pas être à ses côtés

je sais que c’est lui qui me l’a volée

et contre lui je jette un blasphème

qu’il meure de fièvre, de mort violente

C’est ce que souhaite à l’homme au visage sec

 NUND’ A FÀ 

  Paroles: Bernard Paolini

NUND’ A FÀ 

Quellu ghjornu un n’avia nund’a fà : ch’a fighjulà la mio vita

U sole lucia assai e una  /furmicula spassighjava

Mancu un chjassu in paese era so / lu, solu a la sulana.

 

appughata a’ mio spalla  s’affaca  ghjustu pè una stonda

a l’arrechja sussurava a mio musa , cusi si cunfidava

 

In d’a vita un si solu oramai : hè c’o ch’ella mi dicia

Pianu pianu mi parlava di te, pensu chi ti cunniscia

Sta donna innamurata hè di tè : hè c’o ch’ella mi cunfia

 

appughata a’ mio spalla  s’affaca  ghjustu pè una stonda

a l’arrechja sussurava a mio musa , cusi si cunfidava

 

L’ acellucciu cantichulava  e un  / cavalluciu frumitava

In u celu immensittosu e sgaggiatu  /un acula stantarava

E vacche di Grisgione mughjavanu vicinu a lu pontu

 

appughata a’ mio spalla  s’affaca  ghjustu pè una stonda

a l’arrechja sussurava a mio musa , cusi si cunfidava

 

M’hè ghjuntu tamanta gioia, mi culurava tuttu lu core

St’amore cusi distintu hè per me, era cumu’n abbrucore

Di le mio patimenti cusi forti, chi mi distrughje a lu core

 

appughata a’ mio spalla  s’affaca  ghjustu pè una stonda

a l’arrechja sussurava a mio musa , cusi si cunfidava

Sta donna innamurata hè di tè : hè c’o ch’ella mi cunfia

pè pude dilla chi a teni caru, ti tramutu in furmica.

Rien à faire

Ce jour là je n’avais rien à faire, qu’à regarder passer ma vie

Le soleil était brûlant et une seule une fourmi se promenait

Pas un bruit dans le village, j’étais seul , seul sous le soleil

 appuyée à mon épaule et juste pour un instant

à l’oreille me susurrait ma muse tout en se confiant ainsi

 

Dans la vie tu n’es plus seul désormais, c’est ce qu’elle me disait

Tout doucement elle me parlait de toi, elle semblait te connaitre

Cette femme est amoureuse de toi, c’est ce qu’elle me confiait

 appuyée à mon épaule et juste pour un instant

à l’oreille me  susurrait ma muse tout en se confiant ainsi

 

Un petit oiseau gazouillait et un jeune cheval hennissait

Dans le ciel immensément grand et dégagé planait un aigle

Les vaches de Grisgione meuglaient près du pont

 

appuyée à mon épaule et juste pour un instant

à l’oreille me  susurrait ma muse tout en se confiant ainsi

 Une joie immense me décorait le cœur de couleurs

Cet amour si élégant était pour moi comme un crépuscule

De mes souffrances  si fortes qui me détruisent le cœur

 

appuyée à mon épaule et juste pour un instant

à l’oreille me  susurrait ma muse tout en se confiant ainsi

Cette femme est amoureuse de toi, c’est ce qu’elle me confiait

Je te transforme en fourmi pour lui dire ton amour

 Paghjella di Ghisoni 

  Paroles: Bernard Paolini

Tocca tocc’a u Fiumorbu

In bassu a u Renosu

In a pieve di u Castellu.

 

Di Ghisoni sunieghju

Quà c’hè lu mio paradisu

i mei in u Campu Santu.

 

So chi mi ne vulterahju

O lu mio paese caru

aspitendu qui mi lagnu.

A toucher le Fiumorbu

Protégée par le Renosu

Dans la pieve du Castellu

 

De Ghisoni je rêve

Là est mon Paradis

Les miens au Champ sacré

 

Je sais que j’y retournerai

Oh mon village adoré

En attendant ici je me languis de toi.

 Pelle

 Paroles:  Jean-Pierre Mattei 

Pelle

Godi le to stonde ,appesa a dui ali

Pè tutte le sponde,cerchi li to pari

‘Sse pelle oscurate,ss’omi primatici

‘Sse razze inghjuliate,so li to caprici.

Ma teni nascosu ,in fondu à lu to core

un cantu preziosu ,chi mai si more

quellu chi ti dice , paisolu amatu

quellu chi t’incanta ,Rinosu incristatu

 

Ripigliu  : populi paesi,mani e bracci tesi

 paesi è nazioni in li to rughjoni

 

 

‘Sse pelle oscurate,ss’omi primatici

‘Sse razze inghjuliate,so li to caprici.

 

 

 

 

 Per compie ‘ssa riturnella,

vi vulerebbe dumanda

si à quellu chi’hà un antra pella

li he permessu di campa

Peaux

Tu profites de tes loisirs, suspendu à deux ailes

Sur tous les rivages du monde,

tu vas à la rencontre de tes semblables.

Ces peaux obscurcies, ces hommes simples

ces races outragées, sont tes seuls caprices.

 

 

 

 

Refrain : peuples, villages, mains et bras tendus

 villages et pays tous dans ta région.

 

 

Mais tu tiens caché au fond te ton cœur

un chant précieux qui jamais ne meurt

celui qui te dit : « petit village aimé »

celui qui t’enchante, Rinosu et sa crête blanche

 

 

Pour finir cette ritournelle

Je voudrais vous demander

Si il est permis de vivre à quelqu’un

qui a une autre couleur de peau….

Serenata addisperata di u Galgacciu

Parole tradiziunale 1929, mùsica Avà

Ce chant traditionnel nous vient probablement de la fin du 19 ème siècle,

période ou en Corse il était fréquent de payer des musiciens professionnels pour offrir une sérénade a une jeune fille que l’on désirait ou simplement pour lui rendre hommage.

Cette fois-ci l’auteur est payé par un certain Joseph pour déclarer son émoi à une jeune femme prénommée Marie. Le problème est qu’il tombe lui-même totalement amoureux de Marie et il décide de lui déclarer sa flamme un dimanche après-midi au moment ou probablement elle va chercher de l’eau fraiche à la fontaine comme tous les jours. L’eau courante n’est apparue en Corse que vers le début du 20 ème siècle.

Cet instant de la corvée de l’eau ou celle du linge étaient les seuls moments où l’on pouvait parler seul à seul à une jeune femme dans cette société corse très codifiée.

Marie le plonge dans l’horreur en lui refusant ses avances, il tente de la convaincre de sa détermination et aussi de son caractère emporté .Il lui dit qu’il ne se contrôle plus quand il rentre dans une de ses terribles colères. Il insiste sur le fait qu’il est originaire d’un hameau de Galgacciu, ce qui semble excuser ce trait de caractère. Galgacciu fait partie de la commune de Ghisoni, il est composé de plusieurs hameaux très isolés : Agnatellu, Orsena, Monticellu, Pindive, Monacu, Strette,

Casevecchie, Filigaghjia, Suzinelle et Tigliu. Ils sont aujourd’hui presque tous abandonnés sauf Agnatellu et Monacu. L’électricité et la route asphaltée ne sont arrivées que dans les années 1970……..

Le dénouement est terrible, on ne sait pas si c’est lui qui l’a tuée ou si un autre drame est survenu mais le fait est que Marie perd la vie dans cette histoire. Lui même en appelle a la mort.

Le chant corse est souvent une histoire racontée, un bout de vie que l’auteur estime assez important pour le laisser en témoignage aux autres.

La musique est composée par le groupe Avà. 

 

eiu un ci cantu pè mène , che ci so statu mandatu

eiu cantu pè Ghjassepu , ghjè lu toiu innamuratu

ma più un ci canteria , sè tu fussi la mia….

 

una dumenica di sera , versu quattru o cinqu’ore

eiu ti scontrai sola , è ti dumandai l’amore

tu cu pochi di parole , me mittisti in l’urrore….

 

guarda bè cio chi tu facci , O la mia bella donzella

di ricusami l’amori , purtantu un si più zitella

sai che sò un Galgaccianu , entru prestu in sistia….

 

cun lu mazzulu di fiore, sia beatu lu lettinu

duve tu ripose tune , nimu ti fara l’anellu

Maria la mia culomba , eiu ne pigliu la mio morte

je ne chante pas pour moi, je suis envoyé

moi je chante pour Joseph, ton prétendant

mais je ne chanterai pas mieux si tu était mienne…

 

un dimanche soir vers quatre ou cinq heures

je t’ai rencontré seule et je t’ai déclaré mon amour

toi avec si peu de paroles, tu me mis dans l’horreur….

 

allons réfléchis bien,O ma belle donzelle,

au fait de me refuser ton amour, pourtant tu n’es plus une enfant

tu sais que je suis de Galgacciu et que je rentre vite en fureur…

 

avec le bouquet de fleurs, qu’il soit béni le reposoir 

ou tu reposes désormais, personne ne t’épousera

Marie ma colombe d’amour, je m’en vais mourir de chagrin à présent…

 SOLI

Paroles:  Jean-Pierre Mattei 

SOLI

A lu sole di ghjennaghju , dorme lu mio paisolu

cu lu freddu di feraghju , s’hè cutratu lu linzolu

chi Mammona avia tesu, trà l’ornellu è lu castagnu

ma si ne vanu isse cosse,è un ferma piu ch’un lagnu

 

Incu lu sole di maghju, si disceta lu vangone

s’infiara lu rusulaghju, s’alluntana lu funcone

cu u cantu di l’acellu, hè piu bella ancu la mio scola

ma si ne vanu sse cose, un ferma piu ch’una fola

 

Sottu a lu sole d’aostu, spatonscieghja lu rughjone

inde l’acqua di lu pozzu, rinchere ancu lu friscone

e sott’un arcu di stelle, prova a dorme u mio paese

ma si ne vanu isse cose, un fermanu che l’offese

Soleils

Au soleil de janvier, dors mon petit village

Avec le froid de février, le drap a gelé

Que Grand-Mère avait tendu, entre l’orne et le châtaignier

Mais ces choses disparaissent et il ne reste qu’un gémissement (une plainte)

 

Avec le soleil de mai, descend  le ravin 

S’enflamme le rosier, s’éloigne le feu de cheminée

Avec le chant de l’oiseau, est encore plus belle mon école

Mais ces choses s’en vont, il ne reste qu’une histoire.

 

Sous le soleil d’aout, halète le territoire

Dans l’eau du trou d’eau, est agréable même le froid

Et sous la voute céleste, essaie de dormir mon village

Mais ces choses s’en vont, il ne reste que l’offense.

T’arricordi

  Paroles: Bernard Paolini

              T’arricordi

t’arricordi di stu chjassu                                           

dimmi chi tu t’arricordi                                            

a lu monte bè appesu                                              

da i pastori  usatu                                                     

senza  teme ne affanu                                               

hè quassu à u piu altu                                             

chi u sicretu se piattu                                                

 

t’arricordi di stu chjassu                                           

dimmi chi tu t’arricordi                                             

a l’umbriccia di l’alivu                                                      

mo manu i la to manu                                                   

t’aghju dettu u mo sicretu                                          

« hè vera ti tengu caru »                                             

c’era ancu un rusulaghju                                        

 

t’arricordi di stu chjosu                                            

dimmi chi tu t’arricordi                                              

di petrone hè tuttu fattu                                         

accantu lu rusulaghju                                                    

un bellu fior’ m’hai dattu                                     

u fior’ di a to ghjuventu                                              

So chi un turnara mai piu                                     

 

t’arricordi di stu pientu                                          

dimmi chi tu t’arricordi                                          

l’ochju era lacrimosu                                           

ni rimorsu  ni rimpientu                                          

ni  remords ni regret

in un soffiu m’hai dettu.                                     

eiu mi sentia  smuffiutu                                  

omu era divintatu                                               

 

Te souviens – tu ?

tu te souviens de ce sentier

dis moi que tu t’en souviens

bien suspendu à la montagne

utilisé par les bergers

sans craintes ni  angoisse

c’est au plus haut là bas

que le secret s’est caché

 

tu te souviens de ce sentier

dis moi que tu t’en souviens

a l’ombre de l’olivier

nos deux mains enlacées  

je t’ai avoué mon secret                                   

«  c’est vrai je t’aime »

et comme témoin un rosier  

 

tu te souviens de cet enclos

dis moi que tu t’en souviens

de grosses pierres il est fait

juste à côté du rosier

tu m’as offert une belle fleur

la fleur de ta jeunesse

je sais que cela ne reviendra plus

 

tu te souviens de ce pleur

dis moi que tu t’en souviens

à ton œil une larme accrochée 

m’as tu avoué dans un souffle.

moi  je n’étais qu’un prétentieux

un « homme » j’étais devenu

Ava Corsica

Copyright © 2014. All Rights Reserved.

EnglishEnglish version here